Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 15:11

Manif.pngLe Front de Gauche a contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy. Il souhaite maintenant une politique qui réponde à la nécessité de sortir notre pays de la crise et qui réponde aux attentes nombreuses en matière d’emploi, de pouvoir d’achat, d’accès à l’éducation, aux soins, à la culture…
Depuis 8 mois, les grands axes de la politique du gouvernement ne répondent pas à ces attentes. François Hollande et le gouvernement ont d’abord fait adopter le traité européen qui impose la restriction continuelle des dépenses publiques et met en place des politiques d’austérité. Ils ont ensuite accordé un cadeau de 20 milliards aux grands patrons alors que notre économie souffre déjà des intérêts somptueux payés aux banques privées et des richesses accaparés par les actionnaires des grandes entreprises. Enfin, s’il ratifiait un accord sur l’emploi initié par le MEDEF il s’engagerait sur une voie qui, si elle devient une loi, va entrainer toujours plus de flexibilité et de nouvelles dégradations du code du travail.
Cette politique social libérale va à l’échec. Toutes les politiques du même type ont échoué en Europe où déjà 8 pays sont en récession. Nous ne voulons pas que la France suive la même voie. De juin 2011 à décembre 2012, les mesures budgétaires prises ou annoncées par le gouvernement représentent 45 milliards soit 2,25% du PIB et les experts les plus mesurés comme ceux de l'OFCE (Office français de la conjoncture économique) prévoient que cela se traduira par une baisse du PIB de 3,6%. Et ces mesures n'incluent pas le nouvel « effort » que va nécessiter le pacte de compétitivité.
Toutes ces orientations sont dans le droit fil des logiques libérales suivies par les gouvernements précédents et c'est pour cela que nos parlementaires ont refusé de voter le budget de ce gouvernement.
Le Front de Gauche, avec les communistes, s’oppose à cette politique d’austérité du gouvernement Ayrault. Il entend démontrer qu'une autre politique à gauche est possible porteuse d’une alternative globale aux politiques d’austérité. Partout en Europe, des résistances populaires se développent pour imposer une autre logique qui donne la priorité aux besoins sociaux et environnementaux. Nous voulons des politiques qui servent « l’Humain d'abord » et pas les marchés financiers : c’est une autre orientation économique, sociale et écologique dont la France a besoin.

Voilà pourquoi nous lançons une grande campagne : dans toute la France, nous allons
faire connaître nos propositions alternatives à l'austérité.
Nous voulons
faire entendre qu’une autre
logique existe à gauche,
que d’autres solutions sont
possibles, sont crédibles et
applicables par une
majorité et un
gouvernement décidé à
rompre avec le libéralisme
et le social libéralisme.Contre-l-austerite.png
Nous voulons en
débattre avec chacune et
chacun, les enrichir de
votre propre expérience,
agir ensemble pour
imposer tout de suite des
mesures vitales. Nous
pensons que l’implication
populaire des travailleurs,
des jeunes des chômeurs
est la clé pour faire
prévaloir l’humain sur la
dictature de l’argent.
Nous nous
adressons largement audelà
des composantes du
Front de Gauche à toutes
celles et tous ceux qui, à gauche et dans le mouvement social, souhaitent une politique en rupture
avec la financiarisation de la société et le productivisme. Nous voulons agir avec toutes celles et
tous ceux qui partagent cet objectif et construire sur cette base un rassemblement majoritaire qui
impose une autre politique. Face à l’arrogance du MEDEF, nous voulons faire entendre la voix
de celles et ceux qui souffrent de ces politiques d’austérité et démontrer qu’une alternative
existe.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1550
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 15:08

Un accord intitulé « sécurisation de l'emploi » * a été
conclu entre les organisations patronales et des organisations
syndicales (notamment la CFDT) représentant une minorité de
salariés, contre l'avis de la CGT et de FO.
Cet accord, soi-disant historique, signé sous pression du
gouvernement, n'est en aucun cas une bonne nouvelle. Sauf
peut-être pour le Medef qui n'en espérait sûrement pas tant, neuf
mois après la défaite de Sarkozy. Il sera examiné au Parlement.
Les parlementaires du Parti communiste et du Front de gauche
ne laisseront pas transcrire dans la loi une nouvelle régression
sociale. Ils interpellent les parlementaires socialistes et
écologistes chez qui cet accord est loin de faire l'unanimité.
* Dans le texte, il y a très peu de chose au profit de la
sécurisation des salariés. Les droits rechargeables à l’assurance
chômage, qui existent déjà, sont élargis. La majoration de
cotisation d’assurance chômage pénalisera les CDD courts et les
contrats d’usage. Mais en contrepartie, le patronat obtient 150
millions d’exonérations de cotisations sur certains CDI ! Sont
aussi au menu, le compte personnel de formation, la
complémentaire santé généralisée….
Des avancées certes, mais mineures au regard de la
dominante de flexibilité du projet d’accord

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1550
commenter cet article