Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:12

manif.png

Forge France vient s’ajouter aux dossiers

de la casse industrielle dans les Ardennes.

Le 24 novembre, ils étaient plus de 200

à se retrouver dans les rues de Nouzonville

pour soutenir les salariés qui luttent contre

un plan de 25 licenciements.

Dans son intervention, le secrétaire

départemental de la CGT, Patrick LATTUADA,

a appelé les ardennais « à la Résistance ».

 

Hier, pendant sa campagne électorale, pour F.Hollande, il fallait résister aux marchés financiers; désormais «il faut assurer la crédibilité de la France» devant leur évaluation. Hier, une des trois priorités du même Hollande était la «réorientation de l’Europe» et la majorité PS – Verts nous nous a imposé le traité européen Merkozy assorti d’un simple codicille de croissance mais toujours orienté vers l’austérité pour les peuples. Hier, le même parlait de justice sociale; aujourd’hui il dit qu’il ne faut pas confondre avec «la mise en accusation de ceux qui ont apporté le plus à leur économie» et ont gagné beaucoup d’argent. Voilà satisfaits les grands patrons et Mme Parisot. François Hollande a choisi de privilégier «l’esprit d’entreprise» et de mettre en cause «le coût du travail». Résultat, rendez-vous en 2014 pour une hausse de la TVA qui pèsera, pour l’essentiel, sur les consommateurs, les salariés.

«Le redressement prendra du temps», a-t-il martelé. Le changement n’est donc plus pour maintenant. Dans la relecture de ses actes des derniers mois à laquelle le président convie les Français, il évoque désormais un cycle long, ne jouant «pas le sort d’une prochaine élection mais d’une prochaine génération».

          L’électorat de gauche, dont l’adhésion aux thèses gouvernementales s’effrite semaines après semaines, risque de ne pas trouver dans ce plaidoyer l’assurance que sa voix et ses aspirations seront respectées. Un an plus tôt, au lendemain d’une victoire au Sénat, socialistes, communistes, radicaux, Verts ne s’étaient-ils pas retrouvés dans un contre-budget qui prenait le contre-pied du dogmatisme budgétaire, dans des réformes qui protégeaient des licenciements boursiers ou des injustices fiscales ? Le cours du monde, la persistance de la crise, l’échec des politiques d’austérité ne rendent-ils pas ces mesures plus nécessaires encore? Ce qui unissait, il y a si peu ne le peut-il plus aujourd’hui? Ce qui est présenté comme un cap constant et interprété par l’opinion comme un virage libéral du chef de l’État.

          L’emploi et la croissance seraient les premiers à pâtir d’une docilité à l’égard des marchés financiers, de la droite et du grand patronat qui ne cessent de réclamer des coupes claires dans les dépenses publiques et sociales. Les Français peuvent être mobilisés pour leur résister. Les syndicalistes, les progressistes, les militants de gauche qui ne se résignent pas à ce que l’histoire bégaie peuvent sans tarder se mobiliser pour des alternatives crédibles à l’austérité. C’est la seule alternative qui vaille si l’on veut combattre la crise et ne pas se résigner aux marchés financiers

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1543
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:09

Jean Charles VAN BERVESSELES

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1543
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 22:05

Tous les groupes politiques du Conseil Général

ont voté la délibération sur le Fonds de péréquation


Le Conseil général des Ardennes a décidé d’exclure de la répartition du Fonds départemental de péréquation de  l Taxe professionnelle toutes les communes de plus de 10 000 habitants et toutes les intercommunalités de plus de 40 000 habitants. Seules les villes de Charleville-Mézières et Sedan sont donc concernées par ce rejet alors que ces communes disposent d’un potentiel fiscal très faible. Avec les intercommunalités, c’est prés de la moitié de la population Ardennaise qui est victime de cet ostracisme                                                                    

            Cette décision, prise sans concertation, et avec l’assentiment de l’ensemble des conseillers généraux (droite et PS), va se révéler grave de conséquences pour les finances de la ville chef lieu et cela dés le budget 2012. Elle va lui faire perdre le bénéfice d’une aide de 640 000€ alors que le budget primitif avait été bâti en intégrant cette somme.

              Il convient de rappeler que cet argent n’appartient pas au Conseil général qui ne fait qu’en assurer la ventilation. Alors au nom de quels critères se permet-il de rayer d’un trait de plume les zones urbaines de la péréquation de ce fonds ? Serait-ce parce que le Président de la collectivité territoriale est issu du monde rural et qu’une majorité de ses collègues ruraux, au détriment de la représentativité démocratique, sont majoritaire à l’Assemblée départementale ?

               C’est en tous les cas un coup de pied de l’âne aux habitants de Charleville-Mézières et Sedan et à leurs municipalités et cela au moment même de l’élaboration budgétaire pour l’année prochaine. Ce mauvais coup, qui intervient après l’annonce faite par le gouvernement du gel des dotations d’Etat, va venir fragiliser encore plus des finances communales déjà tendues.

            A ce titre, il apparait urgent que Monsieur le préfet des Ardennes rejettent cette délibération et demande au Conseil général des Ardennes  de respecter l’équité territoriale.

 

                                               Sylvain DALLA ROSA

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1543
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 21:59

Electrolux.pngAprès l’annonce, glaciale, de la fermeture de l’usine ELECTROLUX en 2014 par la direction, la pression monte à Revin. Les ouvriers et la Population ne comprennent pas et pour cause ! Le jour de l’annonce, le Directeur du groupe ELECTROLUX annonçait que les bénéfices d’ELECTROLUX  grimpaient de 19%... Plus que les espérances du groupe !

L’antinomie de ces deux annonces symbolise bien le problème des licenciements boursiers que dénoncent les Communistes. Nos députés ont notamment proposé au Gouvernement de prendre ses responsabilités et d’entériner un texte de loi qui permettrait d’interdire tous ces licenciements boursiers qui entrainent la mort de notre Département.

Trop c’est trop !!!

Il faut cesser de mentir aux gens et mettre toutes les restructurations industrielles sur le compte de la crise. PSA, Visteon et aujourd’hui ELECTROLUX, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, ces groupes gagnent de l’argent.

Les actionnaires se portent bien et les ouvriers payent le prix fort pour ne pas les décevoir !

Arnaud Montebourg propose le redressement industriel : qu’il aille au but, et arrête de promettre aux salariés des réunions qui n’amènent rien hormis une perte de temps.

Qu’il assume son rôle ! Qu’il propose à l’Assemblée un moratoire sur les licenciements boursiers.  Qu’il se batte pour interdire les fermetures d’usines et la casse de nos industries  Ardennaises.

STOP AUX BELLES PROMESSES !

Les Communistes ne veulent pas de ces faux  repreneurs / fossoyeurs comme les ont connus les Oxame et les Porcher. Les Revinois ont déjà trop payés !! Nous ne prenons pas pour argent comptant les faux semblants de la direction d’Electrolux qui fait mine de découvrir le plan ARdenneS qui permettrait la relance du site ardennais.

Nous seront vigilants jusqu’au bout pour ne pas laisser plus de 800 familles sur le carreau et augmenter la paupérisation des Ardennes qui souffrent.

Nous continuerons à être présents, au plan local comme au parlement, pour soutenir les salariés qui se battent pour garder leur usine et leurs emplois.

Ingrid LEMPEREUR

                                                                                  Elue communiste de Revin
Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1543
commenter cet article