Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 07:28

TimbreUn nouveau rapport vient de le révéler, les Français et leurs enfants partent de moins en moins en vacances. La ministre du Tourisme parle de fracture touristique  et dans les pistes qu'elle évoque parle de  mettre à plat l'organisation des différents organismes, Etat, collectivités territoriales, CAF ou associations qui œuvrent à faciliter l'accès aux vacances.

Et si on appelait un chat, un chat ? Il s'agit d'une régression sociale due à l'affaiblissement du pouvoir d'achat. En ce domaine aussi, la gauche, si elle veut ne pas décevoir devra prioriser l'humain d'abord et construire une ambition économique dans cet objectif.


Les vacances un luxe ?

Les chiffres du dernier rapport sont cruels : 46 % des Français ne partent plus en vacances. Ce chiffre croit quand il s'agit des femmes seules avec enfants ou des familles ouvrières (60%). La plupart de ceux qui partent rognent sur leur budget, la durée, leur destination... Les associations comme le Secours Populaire se démènent pour offrir un jour à la mer ou à la campagne,  une sortie, aux enfants toujours plus nombreux sans autres vacances. Les raisons invoquées par les intéresses : le manque d'argent, le cout des séjours, l'angoisse du lendemain.

Les congés, un acquis populaire

C'est au cœur de la crise boursière et bancaire de 1929 que le gouvernement du Front populaire en 1936 a invente les congés payes. En même temps la gauche au pouvoir écourtait la journée et la semaine de travail, accroissait la scolarité des enfants, augmentait le pouvoir d'achat... sous les cris du patronat et de la droite de l'époque mais sans nuire a la compétitivité  comme on le dit aujourd'hui.

Aux actes citoyens !

Sylvia Pinel, ministre du Tourisme parle d’améliorer l’offre et la qualité de l’offre touristique. C'est un chantier nécessaire mais, si la gauche veut ne pas décevoir, dans ce domaine comme pour le reste, elle doit attaquer au cœur des raisons de ce recul de  civilisation. Il faudra bien faire le choix d'attaquer les logiques financière qui considèrent le repos comme des  heures volées au patron, le travail comme un cout, qui place la rentabilité des capitaux devant l'intérêt des hommes et des femmes.

Pour sortir de la crise sortons de l'austérité

Les vacances, comme la sante ou l'éducation ne doivent pas devenir un luxe. Les Français et les Françaises ont élu la gauche pour que leur vie change. C'est le moment de répondre – enfin – aux urgences sociales en se donnant les moyens d'un véritable changement. Rien ne sera possible si on ne s'attaque pas au monde de la finance et à l'austérité qu’impose le Pacte budgétaire européen, et la moindre des choses serait que sur ce pacte les citoyens aient la parole et se prononcent par referendum.

ReferendumLe PCF, avec le Front de gauche proposent :

 

       → Une augmentation significative du smic, des salaires et des pensions

       → Un moratoire sur les plans de licenciements et une loi interdisant les licenciements boursiers

       → L'arrêt général de la RGPP (révision générale des politiques publiques), le développement de                    l'emploi et des services publics pour répondre aux besoins                                                   

       → La mise en place d'un pôle public bancaire et financier                                                        


 

QUELQUES CHIFFRES :

2009 :   78% des français partent en vacances

2010 :   73% des français partent en vacances

2011 :   69% des français partent en vacances

2012 :   54% des français partent en vacances

2012 :   3 millions de jeunes n'ont pas de congés

 

 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1527
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 07:21

 

Le Crédit agricole a décidé une vaste restructuration de ses agences bancaires au plan national. Dans notre département, les conséquences sont importantes avec l’annonce de la fermeture de plusieurs points de vente à Nouzonville, Renwez, Bogny sur Meuse ou Maubert Fontaine. Au total, ce sont une dizaine de sites qui vont être touchés dans les Ardennes sur les 41 en service actuellement. Légitimement, les habitants des communes et les élus locaux ont fait connaître leur colère. D’autant qu’aucune concertation n’a été menée par le Crédit agricole et c’est souvent par la presse locale que l’information circule. Outre la dégradation du service pour les clients, c’est plusieurs emplois qui sont menacés avec cette restructuration. Une étude avait chiffré à plus de 2000 emplois en France qui devaient disparaître à l’horizon 2012 avec toutes les fermetures programmées dans le secteur bancaire en général.

Au Crédit agricole, comme dans les autres banques, c’est la réalisation d’économies de gestion pour plus de bénéfices qui guide la décision. Les distributeurs automatiques, les opérations par internet ou l’apparition de nouveaux métiers comme les courtiers de crédit à domicile expliquent ce désengagement des banques. Car le Crédit agricole ne fait pas exception dans le monde bancaire. Au final, c’est le service de proximité et l’emploi qui vont trinquer. Alors que l’on parle beaucoup d’aménagement du territoire et de développement économique, comment être attractif quand certains désertent le terrain.

 

Credit Agricole

 

Pour des centaines de personnes il faudra désormais faire des dizaines de kilomètres pour effectuer une opération bancaire. Les plus fragiles socialement et notamment ceux qui ne disposent pas de moyen de transport vont être les premières victimes. Le slogan du Crédit agricole, "Le bon sens à de l’avenir" va t-il devenir une publicité mensongère ?

Logo CARéaction de

Josiane Rambourg,

maire-adjointe PCF de Nouzonville 

« Je suis très en colère par la décision de fermeture des  agences du Crédit Agricole dont celle de Nouzonville. C’est encore un service de proximité qui ferme et tout cela sans   qu’aucun courrier ne soit adressé aux clients de ces agences. L’annonce a été faite  par un article dans la presse. Il s’agit d’un véritable mépris pour tous les clients et la vie économique locale. C’est l’attractivité de notre commune qui se dégrade.

Comment vont faire nos anciens, les personnes à mobilité réduite et ceux qui n’ont pas de moyen de locomotion pour se rendre soit à Charleville -Mézières ou à Monthermé.

J’ai demandé  au directeur du Crédit Agricole du Nord -Est de revoir cette situation qui est inacceptable pour une ville de plus de 6000 habitants. »

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1527
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 07:19

BusDébats, actions, arts, spectacles...

 

La prochaine Fête de l’Huma se tiendra quatre mois seulement après qu’une majorité de notre peuple ait décidé de tourner la page du pouvoir sarkozyste avec la volonté de mettre en œuvre une politique de progrès.

            Elle va donc constituer un événement déterminant de débats et d’actions pour que la gauche réponde aux espoirs qui viennent de se lever. En même temps, comme chaque année, elle va être un formidable espace d’art et de spectacles vivants, de concerts avec Patti Smith, New Order, Hubert-Félix Thiéfaine, Peter Doherty, Bénabar, Shaka Ponk et bien d’autres.   La Fédération des Ardennes du PCF organise un déplacement en bus. Prix 40 € avec la vignette d’entrée, le samedi 15 septembre.    Téléphone 03 24 56 40 43

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1527
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 07:16

Sans titreDans la nuit du 4 août 1789, les députés de l'Assemblée nationale constituante proclament l'abolition de tous les droits et privilèges féodaux. Six heures à peine de discussions, marquées du sceau de l'enthousiasme et de l'unanimité, suffisent pour abattre tous les cadres sociaux de l'Ancien Régime. À la faveur de cette nuit d’euphorie parlementaire, tous les citoyens sont déclarés égaux devant la loi. Mais cette égalité reste limitée par la propriété et le suffrage censitaire... Les jours suivants le clergé essaya de revenir sur la suppression de la dîme mais le président de l'assemblée Le Chapelier n'ayant accepté que des discussions sur la forme,   les   décrets   du   4   août   furent  définitivement   rédigés   le  11.   Louis

 XVI n'accordera sa sanction à ces décrets que contraint le 5 octobre. Afin de donner corps à cette abolition, les députés vont dès lors œuvrer à la rédaction d'une déclaration des droits : la fameuse Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1527
commenter cet article