Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 11:22

Referendum

Les chefs d’État européens reviennent du sommet européen des 28 et 29 juin en déclarant bien fort qu’ils ont arraché des victoires pour leurs peuples, des inflexions de la part de la chancelière Merkel, de l’italien Mario Draghi ou du luxembourgeois Jean-Claude Junker. Ils auraient, pour la 19ème fois depuis le début de la crise, « sauvé l’Europe ». François Hollande déclare même que l’Europe est « réorientée » dans le bon sens. C’est de la publicité mensongère. Le projet de pacte budgétaire sort intact de ce qui devait être une « renégociation » et le volet croissance de François Hollande n’a aucune valeur juridique. Qu’elles soient directes ou indirectes, financées par le Mécanisme européen de stabilité (MES) ou non, toutes les soi-disantes « aides financières » seront une nouvelle fois payées par les citoyens européens, via les coupes budgétaires et les attaques contre les droits des travailleurs. Toutes les dispositions adoptées au nom de la solidarité avec l’Italie et l’Espagne ne sont que des mesures de socialisation massive des pertes. S’ajoutent la perte de la souveraineté des peuples et le recul de la démocratie parlementaire.

Hollande MerkelFrançois HOLLANDE et Angela MERKEL étaient à Reims ce dimanche 8 juillet pour commémorer les 50 ans de la rencontre De Gaulle-Adenauer et l’amitié franco-allemande. Des manifestants sont venus rappeler aux dirigeants européens que la coopération et l’amitié ne devaient pas se faire sur fond d’austérité et de coupes sombres dans les dépenses sociales

                        La vérité est la suivante : les négociations dans l’Union européenne (UE) libérale se jouent à 27, mais c’est toujours les banques qui gagnent. Les communistes appellent les femmes et les hommes de gauche à se mobiliser pour empêcher la ratification de ce pacte funeste. Seule une refondation de l’UE peut permettre une sortie de crise. L’austérité amène la récession. Il ne peut y avoir de croissance dans ce cadre. Le PCF formule des propositions alternatives :

- une solution européenne pour les insoutenables dettes publiques existantes, qui prévoie une réduction importante de leur volume,

- changer le rôle et les missions de la banque centrale européenne (BCE) pour encourager la création d’emplois et la formation, pas les spéculateurs,

- créer une nouvelle institution : une banque publique européenne, financée par la BCE et la taxation des transactions financières, dont les fonds serviraient exclusivement à favoriser l’investissement public dans les services publics et le développement industriel durable,

- harmoniser par le haut les droits des travailleurs et tous les droits sociaux

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1523
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 11:18

La posteDébut juin des voyous ont agressés l’employée du bureau de Poste de Mohon. Depuis la direction départementale de la Poste ne semble pas pressée de réouvrir le bureau au public. Les élus communistes viennent d’interpeller le directeur. Nous publions le courrier.

         « La récente agression contre le bureau de Poste de Mohon à Charleville-Mézières a été unanimement condamnée. Nous tenons à apporter tout  notre soutien et notre solidarité au personnel qui a subi ces violences. Si des mesures de sécurisation supplémentaires sont nécessaires, ainsi qu’un soutien psychologique aux salariés, nous  souhaitons  cependant une réouverture rapide de ce bureau de Poste qui est, aujourd’hui, fermé depuis le 6 juin dernier. Les habitants du quartier se trouvent ainsi pénalisés et cette situation constitue un affaiblissement du service rendu à la population. Vous le savez, les carolomacériens sont attachés à un service public postal de proximité, répondant aux besoins et avec une bonne couverture territoriale. Vous avez, vous-même, réaffirmé votre attachement au maintien des 110 points de contact de la Poste dans notre département. Nous ne comprendrions donc pas que le bureau de Mohon ne retrouve pas rapidement son activité avec les mêmes plages horaires.

         Nous souhaitons, par ailleurs, connaître vos intentions plus globalement sur la ville de Charleville-Mézières. En effet, des informations persistantes font état d’une restructuration qui serait envisagée pour l’année 2013 dans différents bureaux. Nous tenons à vous réaffirmer l’attachement des élus communistes au maintien, avec le même service, de tous les bureaux de Poste sur notre territoire. »

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1523
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 11:13

                Polyclinique

          

La polyclinique du Parc à Charleville-Mézières pourrait être rachetée par les hôpitaux publics mais le personnel intégré dans les établissements sous statut privé. A la demande de Sylvain DALLA ROSA une réunion exceptionnelle du conseil de surveillance de l’hôpital de Manchester s’est déroulée le 12 juillet.

 

Fin mai, les élus communistes s’adressaient à Madame la Ministre de la Santé pour attirer son attention sur le rachat, en cours, de la Polyclinique du Parc à Charleville-Mézières appartenant au groupe la Générale de Santé. Depuis, ce dossier a sensiblement évolué et sa finalisation semble imminente.

            Ces mêmes élus tiennent aujourd’hui à réaffirmer leurs inquiétudes dans un courrier au directeur de l’Agence régionale de santé (ARS). En effet, le groupement constitué pour ce rachat (composé des hôpitaux publics de Charleville-Mézières et Sedan, de la Mutualité des Ardennes et du groupe ORPEA) est décidé à intégrer le personnel de la Polyclinique du Parc au sein de l’hôpital public mais avec un statut privé. Cette mixité va affaiblir le caractère public des missions de l’hôpital. Ainsi, se posent plusieurs questions auxquelles le Directeur général de l’ARS doit répondre. L’activité médicale, transférée de la Polyclinique vers les hôpitaux publics, sera-t-elle une activité privée au sein de l’hôpital public ou feront-elles partie des missions de celui-ci? Quel sera le statut du personnel intégré et qui assurera la paye de ces employés et avec quel déroulement de carrière ? Par ailleurs, quel sera le rôle du groupe ORPEA au sein du groupement de coopération sanitaire ? Ce groupe, qui semble vouloir se réserver le développement des soins de suite dans les locaux de la Polyclinique et la prise en charge des personnes âgées, le fera dans quelles conditions et avec quelle autorisation ?

            Enfin, la question du regroupement des maisons de retraite par le groupe ORPEA, qui veut disposer du monopole dans ce domaine, est posée. Cela va obliger tous les futurs pensionnaires à être quasiment les otages d’un seul groupe, aux tarifs prohibitifs et avec une alternative pour le public pratiquement réduite à néant.

            Toutes ces questions sont, aujourd’hui, sans réponse alors qu’il s’agit d’un domaine, celui de la santé, qui ne peut être livré à la marchandisation. Il est de la responsabilité du directeur de l’ARS, en tant que représentant des pouvoirs publics, de veiller au développement de l’hôpital public. Et il est du respect de sa mission de ne pas accepter des conditions qui viendraient affaiblir le secteur public. Dans ce domaine, une  intervention est nécessaire et déterminante. En effet, cette opération de rachat pourrait être une bonne chose si elle se faisait dans des conditions de préservation du service public. Elle va, en effet, permettre de conserver l’activité médicale dans notre département.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1523
commenter cet article