Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 06:43

« La Cour des comptes soulignait, hier, que la dette a augmenté ces cinq dernières années de près de 600 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 40%.  La crise n’explique pas tout.  Elle n’a pesé que pour un peu plus d’un tiers  dans le déficit actuel. Le niveau des dépenses publiques  n’est pas non plus en cause : leur part dans la richesse nationale n’a cessé de diminuer depuis quinze ans. Les causes des difficultés sont à chercher  ailleurs, dans les choix politiques désastreux opérés en matière budgétaire et fiscale, l’allégement de la fiscalité des plus fortunés, les quelques 172 milliards d’euros de niches fiscales et d’exemptions sociales accordées aux entreprises, notamment les plus grandes d’entre elles, sans la moindre contrepartie en termes d’emplois… 

Indépendamment de la détérioration des comptes publics, faut-il rappeler que le chômage touche aujourd’hui près de 5 millions de nos concitoyens ? Que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a augmenté de plus de 20% depuis 2002, parmi lesquelles un nombre croissant de travailleurs pauvres ? Faut-il rappeler aussi  que les plans sociaux se multiplient,  tandis que notre balance commerciale affiche un déficit de quelques 70 milliards d’euros ?

Le donnant-donnant conclu à Bruxelles laisse en effet en l’état le fameux Pacte budgétaire. Destiné avant tout à rassurer les marchés financiers, ce traité  ne s’attaque à aucune des causes de la crise actuelle. Il en aggrave au contraire les conséquences en durcissant  les politiques d’austérité et en consacrant la mise sous tutelle européenne des politiques économiques et budgétaires nationales. D’ores et déjà, Monsieur le Premier ministre, une grande partie de vos annonces d’aujourd’hui subiront le couperet de ce traité européen.

Vous venez de confirmer, Monsieur le Premier ministre, la demande du Président de la République de faire ratifier « rapidement » par le Parlement le Pacte budgétaire.  Nous estimons, quant à nous, qu’il est indispensable que les concitoyens soient consultés par référendum. Seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur la nécessité de nous conformer à un traité qui bafoue la souveraineté du peuple. Il ne s’agit pas de simplement  moraliser le capitalisme mais de promouvoir une autre répartition des richesses entre capital et travail.

Nous avons bien entendu conscience que la mise en œuvre d’une fiscalité plus juste et plus efficace ne suffira pas à elle seule à résorber le déficit. Mais nous ne croyons pas aux vertus de la baisse des dépenses.

Dans votre lettre de cadrage adressée aux ministres, vous recommandez, Monsieur le Premier ministre,  de « stabiliser en valeur les dépenses de personnel ». La Cour des comptes  recommande quant à elle de faire reposer cette stabilité sur la réduction de 30000 postes et le gel du point d’indice.

Je le dis tranquillement : après l'annonce d'une hausse minimaliste du SMIC, c'est une seconde  très mauvaise nouvelle.

Comment en effet prétendre relancer la croissance en éteignant tous les moteurs possibles de cette relance ? Où sont les perspectives sans hausse des salaires, sans investissements publics, sans mobilisation du crédit bancaire, sans relance de l'emploi industriel ?

J’évoquais à l’instant le SMIC. Permettez-moi de formuler des vœux à quelques jours de la conférence sociale. Nous souhaitons que le Gouvernement ne ferme pas la porte aux revendications exprimées par les partenaires sociaux. Que cette conférence ne se résume pas à l’élaboration d’un simple agenda social, mais débouche très rapidement sur des engagements concrets, notamment en matière de réduction des inégalités !

Assemblee nationaleEn développant nos priorités, avec une approche que nous voulons dynamique au cœur de la gauche,  nous nous posons ici en constructeurs. En constructeur du changement tant attendu. En force de propositions. Parce que nous voulons que la gauche réussisse. Nous le voulons vraiment. Avec des résultats concrets qui puissent changer la vie du plus grand nombre.

Mais nous craignons vraiment que vos orientations, Monsieur le Premier ministre, conduisent à l’opposé du résultat escompté et nous le craignons d’autant plus que vous ne desserrez par l’étau de la contrainte extérieure.

Voilà pourquoi les députés PCF et Front de gauche s’abstiendront aujourd’hui sur ce vote de confiance. »

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1522
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 06:37

Delphi   Créée en 1978, rebaptisée "Delphi" en 1999, l'entreprise américaine, spécialisée dans la fabrication de climatiseurs pour automobiles, a compté jusqu'à 500 salariés. Malgré les grosses aides publiques reçues dans le passé, les dirigeants ont délibérément choisi de démanteler ce site de production depuis 2010, en dépit des luttes menées par les salariés contre la délocalisation (vers les pays de l'Est et le pays de Galles).

Ce 30 juin 2012 marquait donc un nouveau recul de l'emploi  industriel dans les Ardennes, puisque 142 salariés effectuaient leur dernier jour de travail. Ceux qui restent (une cinquantaine) seront là jusqu'à la fin août, date de la fermeture définitive.

Le délégué Cgt devait faire remarquer que sur 293 emplois supprimés, seules  60 à 70 personnes ont réussi à se reclasser...essentiellement dans des missions intérimaires ou en CDD! C’est dire que l'énorme majorité des salariés va rester pointer à l'ANPE.

Dans le même temps, "depuis l'annonce de l'abandon du site, Delphi a annoncé 340 millions de dollars de bénéfices sur le premier trimestre  2012 ! Le cours de son action a même gagné 30% durant l’année écoulée...", déclare le syndicat !

Cette nouvelle saignée dans l'emploi industriel ardennais ne démontre-t-elle pas la pertinence de la proposition de loi des sénateurs PCF : ils proposent d'interdire les licenciements boursiers!.... seront-ils suivis par la majorité de Gauche du Parlement ?

Imposons tous ensemble le changement maintenant !

 

JC.VanBervesselles

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1522
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 06:34

           Ardennais

La CGT demande

« la mise en débat d’une loi sur la liberté de l’information,

son indépendance et son pluralisme »

 

             Depuis plusieurs mois, le groupe de presse Hersant, dont le patron a la caractéristique d’être exilé fiscal en Suisse, veut restructurer ses journaux, notamment ceux de Champagne-Ardenne-Picardie. Une action nationale est engagée pour défendre la presse et ses emplois, avec non parution des titres le 5 juillet sur tout le territoire.

               Au nom des élus communistes, Sylvain DALLA ROSA vient de saisir le nouveau Ministre du redressement productif et a apporté son soutien aux salariés en lutte, ouvriers du livre et journalistes.  Nous publions son intervention :      

             « Le Groupe Hersant Média (GHM) est sous la menace d’un dépôt de bilan. Cette situation intervient alors que depuis plusieurs semaines une négociation est engagée avec le groupe Belge Rosssel pour un rapprochement. Les exigences de ces patrons de presse, notamment de Rossel, étaient catastrophiques puisque ce n’étaient pas moins de 270 suppressions d’emplois qui étaient demandées pour le Pôle presse Champagne-Ardenne-Picardie. Celui-ci aurait ainsi subi une purge qui l’aurait placé en difficulté. Les organisations syndicales ont, à de maintes reprises, formulé des propositions alternatives qui auraient pu faire repartir le groupe sur des bases consolidées. L’intransigeance affichée par les deux groupes peut être considérée comme une forme de fuite en avant avec pour objectif de procéder à une restructuration encore plus douloureuse en termes d’emplois. En comité d’entreprise les salariés ont rejeté cet aventurisme qui se faisait au détriment de l’emploi et de la qualité des journaux édités.

 

            Aujourd’hui, après l’échec des négociations, de graves inquiétudes pèsent sur les titres champardennais et Picard de GHM dont l’UNION- l’ARDENNAIS font partie. La dette, estimée à 200 millions d’euros, va être exigée par les banques, plaçant cette entreprise dans la situation d’un dépôt de bilan. Dans ce dossier, votre intervention est indispensable afin d’éviter le pire. Pour la survie de ce groupe de presse et l’avenir de ses salariés, il me parait indispensable de, rapidement, provoquer une réunion de concertation, sous votre autorité, afin de trouver une solution durable. S’agissant d’un domaine aussi sensible que celui de la presse, il est impensable de laisser des groupes, qui n’ont pour objectif que le profit, continuer à dicter leur loi. »

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1522
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 06:30

Revin

 

                    C'était dimanche dernier la traditionnelle fête du PCF sur les quais de la Meuse à Revin, l'occasion de profiter des spectacles et des jeux, mais aussi de discuter de la nouvelle situation politique ouverte avec l'élection de François Hollande.

            On pouvait constater une très forte inquiétude devant les premières mesures prises par le gouvernement. Les débats ont montré qu’il était indispensable et nécessaire de faire infléchir la politique du gouvernement pour faire réussir la gauche et éviter un retour de la droite. Une droite qui pourrait être encore plus destructive pour notre société que sous le quinquennat de N. Sarkozy. C’est Michèle LEFLON, Conseillère régionale PCF, qui a fait l’intervention politique en milieu d’après-midi.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1522
commenter cet article