Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:58

Legislatives

1ère circonscription

Bérengère POLETTI UMP élue

B. Poletti (UMP) 55,30 %

Cl. Ledoux (PS) 44,70 %

 

2ème circonscription

Christophe Léonard PS élu

Ch. Léonard (PS) 53,63 %

B. Ravignon (UMP) 46,37 %

 

3ème circonscription

Jean Luc WARSMANN UMP

élu au 1er tour

J.L. WARSMANN (UMP) 52,50 %

« La droite conserve ses deux circonscriptions ardennaises et toutes les autres en Champagne Ardenne. Seule la circonscription Charleville/Givet continue à avoir un député socialiste ».

Le deuxième tour des élections législatives n’aura pas permis d’inverser la tendance dans la 1ére circonscription ardennaise qui reste acquise à l’UMP. Il faut d’ailleurs noter la dérive extrémiste de B.Poletti qui dans la campagne commence à reprendre les thèmes du FN. Malgré un bon report des voix à gauche, notamment de la part des électeurs du Front de Gauche, Claudine Ledoux échoue dans sa reconquête de la circonscription. Logiquement Christophe Léonard est lui élu dans la 2é circonscription qui reste dominée par la gauche. Il a, lui aussi, bénéficié d’un excellent report des voix de la gauche. Dés maintenant doit commencer pour ce nouveau député PS ardennais le travail pour prendre en compte les aspirations populaires. Le PCF sera très vigilant sur la politique menée par la nouvelle majorité dans les domaines de l’emploi, des retraites, du pouvoir d’achat, des services publics ou de l’Europe. Il est prioritaire d’engager, dés maintenant, un plan de développement industriel des Ardennes afin de redynamiser notre économie et l’emploi. Nous interpellerons prochainement le nouvel élu sur ce dossier.

                     HumaCes élections législatives viennent de montrer toute la perversité du mode de scrutin. Alors que la gauche est majoritaire dans les Ardennes c’est la droite UMP, flanquée de l’extrême droite, qui sort  de ce scrutin avec 2 députés sur 3. Aujourd’hui l’élection présidentielle écrase la vie politique et les électeurs se détournent de plus en plus des législatives avec une abstention qui s’aggrave de scrutin en scrutin (43,80% ce 20 juin dans les Ardennes). L’objectif qui était de vider les législatives de leurs enjeux est atteint. Il convient d’ajouter à cette réalité une campagne électorale qui n’a pas abordé les véritables questions.

  Il   est   urgent   de   revitaliser   la   démocratie   et   d’engager une réforme institutionnelle.

                   

Les communistes consultés

          Réunis en conférence nationale, le 20 juin, les communistes ont acté, à une écrasante majorité, la décision de ne pas participer au 2e gouvernement de J.M. AYRAULT. Dans le bulletin de vote soumis aux militants, il était précisé : « En raison des refus répétés de prendre en compte nos propositions, nous estimons que les conditions de notre participation au gouvernement  ne sont pas réunies ».

          Dans les Ardennes, c’est dans trois assemblées décentralisées à Revin, Charleville et Sedan que les communistes ont pu s’exprimer. Ce sont 85,51 % des participants qui ont soutenu la proposition proposée par le Conseil national du PCF.

 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:56

 

Assemblée nationale

Malgré un scrutin injuste

les communistes disposeront

d’un groupe à l’Assemblée Nationale

L’Assemblée nationale bascule à gauche. La page du pouvoir sarkoziste en France est définitivement tournée mais le parti de l’ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s’en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L’entrée du FN dans l’hémicycle, qui reste heureusement circonscrite, est un signal d’alarme supplémentaire.

               à gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d’une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage, mais les conditions semblent réunies pour la constitution d’un groupe à l’Assemblée. Si cela se confirme, c’est une bonne nouvelle pour la démocratie. Force est de constater, cependant, que le mode de scrutin et l’inversion du calendrier électoral dénaturent la portée des élections législatives et déforment le paysage de l’Assemblée nationale au profit du bipartisme. à gauche, la majorité législative est ainsi distordue par rapport à la réalité de la majorité politique de gauche dans le pays. Le PS totalise 65% des voix de la gauche à l’élection présidentielle, près de 70% avec ses alliés aux législatives et obtient  plus de 90% des députés de gauche. Le Front de gauche totalise 25% des voix de gauche à la présidentielle, 15% aux législatives et compte moins de 5% des députés de gauche. C’est une anomalie provoquée par une logique institutionnelle implacable qui, de scrutins en scrutin, a permis aux deux plus grosses formations de monopoliser aujourd’hui 90% des sièges à l’Assemblée nationale. 

               En dépit de cette injustice, le Front de gauche, avec l’influence qui est la sienne dans le pays, avec ses deux groupes au Parlement, ses élus sur le territoire et au Parlement européen, entend être une force d’initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement dans notre pays n

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:53

CPAM

Si on laisse faire la CPAM,

bientôt certaines communes ne disposeront

plus que d’une boîte aux lettres

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie avait annoncé, au début de l’année, son intention de diminuer l’activité de ses centres de Givet et Monthermé pour transférer une partie des missions accomplies vers Charleville-Mézières. A Givet, c’est une quinzaine de salariés qui est concernée par ce transfert et susceptible d’être mutés. Cette proposition de la CPAM avait suscité, à l’époque, une levée de bouclier des syndicats et des élus politiques. La CGT avait même organisé, fin mars, un rassemblement à Charleville Mézières pour dénoncer la casse de ce service public.

Une nouvelle mobilisation a eu lieu ce 13 juin puisque la CPAM organisait un conseil d’administration ouvert au public. Plusieurs élus avaient fait le déplacement pour réaffirmer leur opposition au projet. Au nom des élus communistes, c’est Franck TUOT, Conseiller régional qui a réaffirmé notre opposition totale à la suppression d’activités dans les centres de la Vallée de la Meuse. S’appuyant sur la nécessité de conserver un aménagement harmonieux du territoire et sur le besoin de préserver une qualité de travail pour les agents, l’élu régional a interpellé publiquement la direction ardennaise de la CPAM.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:51

BDAprès avoir obtenu en mars, la signature du traité  Merkel-Sarkozy, la chancelière allemande demande  la construction d’une Europe fédérale, quitte à en passer  par une Union Européenne (UE) à deux vitesses. C’est le message qu’elle viendra réaffirmer à l’occasion de sa visite à Reims le 8 juillet prochain.

               Angela Merkel assume sa politique d’austérité. Elle est prête pour une fuite en avant fédéraliste austéritaire. Si besoin en petit comité. «Nous n’avons pas besoin uniquement d’une union monétaire, mais aussi d’une union fiscale, avec une politique budgétaire plus commune», a dévoilé la chancelière allemande. «Nous ne devons pas rester immobiles parce que l’un ou l’autre ne veut pas encore suivre», a-t-elle précisé. Cela instaurerait de fait une Europe à deux vitesses. Ainsi, elle prépare le terrain des prochains rendez-vous européens.

               Avec sa déclaration, Angela Merkel poursuit sa stratégie. Celle qui a conduit à la signature, en mars, par vingt-cinq pays de l’UE du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, qui interdit les déficits publics. C’était la condition

posée par Berlin pour accepter la fondation du mécanisme européen de stabilité, le fonds de secours qui prête aux pays en difficulté en échange de politiques d’austérité draconiennes.

            Il est important de combattre cette orientation d’une Europe de la super austérité et d’exiger une réorientation de la politique européenne axée sur le progrès social et la croissance.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:02

Ce premier tour des élections législatives vient de confirmer le recul de la droite dans notre département. Dans les trois circonscriptions ardennaises l’UMP et le centre sont en perte de vitesse. Même si J.L Warsmann est réélu il perd plus de 5% par rapport à 2007. C’est la sanction populaire d’une politique, mise en œuvre pendant le mandat écoulé, qui a laissé les Ardennes à l’abandon tant sur le plan économique que social. Nous remercions les électeurs et les électrices qui se sont mobilisés pour ce résultat et qui ont donné aux candidats du Front de Gauche une représentativité accrue à l’occasion de ce scrutin. Il était important d’affirmer une volonté de changement qui doit maintenant se concrétiser dans les mois qui viennent.

                        Afin d’exiger des mesures urgentes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les services publics, les retraites ou la planification écologique, il est vital d’empêcher, au deuxième tour, la présence à l’Assemblée Nationale de députés ardennais de droite dans la 1ére et la 2éme circonscription. Le rassemblement de toutes les forces de gauche est nécessaire pour permettre, dimanche prochain, de sanctionner  la droite qui est à l’origine du bilan catastrophique que nous connaissons dans les Ardennes et qui a soutenu sans faille la gestion de Sarkozy.

                        Autre satisfaction de ce scrutin, c’est l’élimination du FN pour le 2éme tour. Celui-ci a développé des idées contraires aux intérêts du peuple français et la bataille engagée par le Front de Gauche contre ce parti de la haine doit se poursuivre.                        Au deuxième tour, le PCF appelle, sans réserve, à voter pour les candidats socialistes qui restent, en position de participer au scrutin, Claudine LEDOUX et Christophe LEONARD. Nous serons cependant vigilants que ceux-ci prennent bien en compte les aspirations populaires au changement et les portent demain au parlement.

Les résultats ardennais

Avec une abstention de 42,62 %, les Ardennes n’échappent pas au phénomène de désintérêt pour les législatives qu’ont manifesté de nombreux électeurs.  

 Malgré cette situation, qui a touché prioritairement les quartiers populaires, les candidats du Front de Gauche progressent par rapport à l’élection de 2007. Ainsi, départementalement, c’est un gain de +1,52 % et de +1556 voix qui est enregistré. A gauche, le PS est également bénéficiaire d’une progression avec un gain de +731 voix et 1,85 % de plus. Cette progression socialiste atteint + 6,09 % et +5450 voix si on intègre le score réalisé par le député sortant de la 2ème circonscription, Ph. VUILQUE (exclu du PS). Celui-ci est cependant sévèrement battu par son challenger PS qui le dépasse de 5867 voix. Les Verts dont la campagne n’a pas décollé gagnent 0,31 % sur 2007.

Pour sa part, la droite UMP s’effondre avec un recul de 11 462 voix soit 8,30 % en moins dans les Ardennes. Quant au parti de la haine, le FN, il obtient, avec des candidats inconnus des électeurs, une hausse de 11 450 voix et + 10,46 % par rapport à 2007.

Législatives 1ereLégislatives 2emeLégislatives 3eme

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 06:59

Syrie43 % des Français s’abstiennent

La démocratie parlementaire sort un peu plus affaiblie encore de ce premier tour de scrutin avec une abstention qui bat un record historique : près de 43% des électeurs n’ont pas voté. C’est l’un des paradoxes de cette présidence Hollande, assurant vouloir en finir avec l’hyper-présidence et rétablir le Parlement dans la plénitude de ses pouvoirs : jamais Assemblée nationale ne va être aussi mal élue.

Il faut y voir le résultat désastreux de la réforme votée sous Lionel Jospin et combinant la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans et « l’inversion » du calendrier électoral qui voit les législatives automatiquement organisées un mois après le scrutin présidentiel. Depuis cette réforme, l’abstention n’a cessé de progresser : de 34,3% en 1988, elle est passée à 35,6% en 2002, à 39,6% en 2007 et fait aujourd’hui un bond à environ 42,77%. Transformées en élections de « ratification », les législatives ont été vidées de leurs enjeux institutionnels et politiques: quel parti, avec quel programme et pour quel gouvernement ? « Cela revient à poser une question à laquelle les électeurs ont déjà répondu », remarque Emmanuel Rivière, de TNS-Sofres. L’élection présidentielle écrase et surdétermine les suivantes. Et comme cette élection présidentielle se joue elle-même largement au premier tour, sur le choix d’une personne plus que d’un projet ou d’un programme, ce premier vote conditionne lourdement les suivants…

Cette abstention massive ne tient pas seulement à une lassitude voire à un épuisement des électeurs après des mois d’une campagne présidentielle violente et anxyogène. Elle découle également d’un choix stratégique fait par les socialistes et les écologistes de ne pas réanimer de campagne nationale et de ne pas avoir tenté d’enclencher des dynamiques nouvelles d’adhésion.

La mise en place du gouvernement, la découverte des nouveaux ministres et les premières mesures du gouvernement Ayrault ont tenu lieu d’argumentaire électoral. Dans le même temps, l’argument-massue fut asséné : voter  « en cohérence »,  donner  à  François Hollande « les moyens de sa politique ». Cette démarche, portée par le bulldozer institutionnel du scrutin présidentiel, donne une victoire certes nette mais sans enthousiasme ni dynamique.

 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 06:55

Bruxelles      La Commission, non élue, de Bruxelles a déclenché les grandes orgues de l’antichangement. Elle vient de rendre publics plusieurs rapports qui sont en fait des «recommandations injonctions» pour poursuivre et amplifier l’austérité et la démolition des Codes du travail. M.Barroso, Président de la commission européenne et chef autoproclamé de la police du capital européen, accorde un petit satisfecit à la politique sarkozyste qui «a pris un certain nombre d’engagements au titre du pacte de l’euro plus» et menace notre pays de procédure pour «déficit excessif» ou pour «déséquilibres macroéconomiques» s’il ne respectait pas ses ordres.

Ce chantage relaie l’esprit de revanche des dirigeants de l’UMP. Sur sa lancée, M.Barroso utilise le chantage et la peur, comme il le fait vis-à-vis des peuples grec, espagnol et italien, en laissant entendre que la France ferait partie des «maillons faibles» de la zone euro. Son point d’attaque est l’obligation de réduire les déficits publics. Les Français devraient accepter des «efforts additionnels», comme l’écrit dans son langage cru la Commission, obsédée par la réduction des dépenses. Mais elle interdit une augmentation des recettes, notamment grâce à une imposition plus conséquente du capital. À ce titre, Bruxelles demande de maintenir l’augmentation de la TVA sarkozyste et de relever «la fiscalité sur la consommation».

Le chapelet ultralibéral est énoncé comme autant de consignes à appliquer : fin du contrat à durée indéterminée, mise en concurrence d’industries de réseau de transport et d’électricité, ainsi que des professions aujourd’hui protégées, assouplissement du droit de licenciement, interdiction de toute augmentation de salaires et abaissement des «coûts» de la main-d’œuvre, recul de l’âge de la retraite, alors que les jeunes seraient bloqués dans «l’apprentissage». Quand ces messieurs de l’ordre bruxellois utilisent le mot «croissance», c’est cela qu’ils ont en tête. C’est inacceptable. Et il ne faut pas l’accepter! Notre pays doit résister à ces injonctions.

La déclaration du ministre Moscovici, clamant que «la France respectera ses engagements en matière de finances publiques», donne davantage le signe d’une obéissance aux instances européennes qu’un appel à leur résister. Au moment où vont être soumis, dans le silence le plus absolu, au Parlement européen, deux règlements, copies conformes du traité autoritaire Sarkozy-Merkel, il y a urgence à dresser au sein de notre Assemblée nationale une digue solide contre ces inadmissibles pressions niant l’expression du suffrage universel. C’est un enjeu décisif pour la réussite du changement. Elle deviendrait impossible si, au lendemain des élections législatives, notre pays devait être simultanément confronté au pacte budgétaire, même augmenté pour la forme d’un timide volet sur «la croissance»; conforme aux ordres écrits par la Commission de Bruxelles dont il faudrait conclure à une austérité de gauche.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:27

Garantir  un vrai changement

L’AFFAIRE DE TOUS

            Gouvernement

Un gouvernement équilibré…                        
Malgré les annonces et les aspirations des uns et des autres, aucun champardennais ne participe au gouvernement. Pourtant tous les équilibres ont été respectés. De la parité intégrale, aux différents courants du PS en passant par les Verts, qui avalent leur chapeau pour un maroquin, tout le monde est là. Maintenant reste plus qu’à se mettre au boulot pour répondre au besoin de changement exprimé par le peuple.

 

 

Jean-Marc Ayrault a été nommé Premier ministre, un nouveau gouvernement est en place. Ces nominations mettent fin à dix ans de pouvoir de la droite. Un pouvoir qui  a méprisé le peuple, stigmatisant les plus faibles et imposant une austérité au profit des plus riches et de la finance.

            Les urgences du pays sont grandes,  l'action du gouvernement doit répondre immédiatement aux attentes.

            Les élections législatives des 10 et 17 juin seront l’occasion de faire entendre les exigences sociales.

 

            Comment réussir le changement à gauche ? : Ne rien lâcher !

 

            La gravité de la crise provoque beaucoup d’inquiétudes : Va-t-il être possible de faire autrement ? De changer vraiment ? D’en trouver les moyens et avec quelle politique européenne ? Pour reprendre le pouvoir aux marchés financiers, mieux partager les richesses et les réorienter vers l’activité et l’emploi, il faut du courage et de la détermination.

 

            Nous voulons qu’une prochaine majorité de gauche à l’Assemblée Nationale adopte des lois qui répondent aux urgences sociales, écologiques et démocratiques.

 

            Réussir le changement,  avancer vers une issue à la crise, c’est obtenir des résultats pour améliorer les conditions de vie : interdiction des licenciements boursiers, augmentation du SMIC à 1700 euros brut, ….

            En France comme en Europe, des forces existent pour tourner la page de plans d’austérité qui multiplient les souffrances des peuples, sans rien résoudre.

 

            Avec le  Front de gauche  mettons nos forces en commun

 

            Le Front de gauche, avec sa campagne citoyenne, son programme l’Humain d’abord et son candidat commun Jean Luc Mélenchon, avec 4 millions de voix, a apporté une contribution décisive à la victoire contre Sarkozy.

 

            Le Front de gauche, c’est l’assurance d’une gauche qui assume ses choix, avec un objectif « L’humain d’abord » et qui saura faire face, en France comme en Europe aux menaces de la droite et de l’extrême droite pour empêcher ces changements. Plus la force et le nombre de député-e-s du front de gauche seront importants, meilleurs seront les atouts d’un vrai changement en lien avec le mouvement social et citoyen.

 

            Pour garantir le changement    agissons ensemble 

            Dans les trois circonscriptions ardennaises, Sylvain DALLA ROSA, Michèle LEFLON et Claude MORAINE sont les candidats du Front de Gauche. Ensemble, avec eux, rencontrons  nous et agissons, construisons le changement que nous voulons au service de nos concitoyens.



Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:21

LivreLes candidats du Front de Gauche à l'élection législative dans les Ardennes vous proposent une journée de débat sur la santé et la protection sociale

Rencontre publique - Mardi 22 mai

Avec la participation de Jean Luc Gibelin

membre du Conseil National du PCF,

animateur de sa commission santé et protection sociale.

12h à 14 h : devant l'hôpital de Sedan

14h : présentation du livre (salle des commissions à l'hôtel de ville de Sedan)

16 h à 18 h : rencontre débat salle Guy Canon à Charleville Mézières (route de Warcq)

19 h : réunion publique à Givet (maison de la rencontre, rue Gilbert)

 

               La loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires a montré son impuissance à favoriser l'accès aux soins dans des territoires comme la Pointe des Ardennes ou le Vouzinois et sa nocivité en détériorant le service public hospitalier. Elle doit donc être abolie.

               Mais quelles lois pour la remplacer, assurer l'accès aux soins de proximité, lutter contre la pénurie de professionnels de santé, développer le service public hospitalier, des centres de santé ?

               Les députés-e-s qui seront élus en juin prochain devront se prononcer sur ces questions, mais aussi sur le financement de la protection sociale, l'autonomie des personnes âgées ou handicapées.

               Venez débattre des propositions du Front de Gauche avec les candidats du Front de Gauche dans les Ardennes, Sylvain Dalla Rosa, Michèle Leflon, Claudette Moraine et Jean Luc Gibelin.

               A cette occasion, Jean Luc Gibelin dédicacera l'ouvrage collectif dont il a dirigé la rédaction.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:18

ParthenonL’Europe est-elle en passe de connaître une vague progressiste comme en a connu le sous-continent latino-américain ? S’il est encore trop tôt pour le dire, nul doute que les récents scrutins électoraux en France et en Grèce ont redonné l’espoir qu’un vrai changement est possible.

            Lors des derniers forums sociaux européens, les milliers de participants convenaient qu’une autre Europe était possible. Pourtant, ces derniers mois, la quasi totalité des gouvernements européens ont opté pour des politiques d’ultra austérité qui, loin de sortir les pays de la crise, enfoncent les populations dans le chômage, la misère et la survie. Le poids croissant des mouvements d’extrême droite, parfois fascisants, en est une traduction inquiétante.

Pourtant, la fin de l’histoire est loin d’être écrite. Les contours de l’élection présidentielle en France sont empreints d’une exigence citoyenne très forte, de colère, d’espoir. Le score du Front national s’y est révélé bien trop élevé, indicatif de divisions instillées pendant cinq ans par Nicolas Sarkozy et ses proches. Les nombreuses luttes sociales qui se sont développées dans cette période électorale, de façon assez inédite, sont, elles aussi, porteuses d’espoir.

            Dans la foulée, les élections législatives en Grèce montrent le rejet total des politiques européennes d’austérité qui ont appauvri les habitants au point de faire croître le taux de suicide et d’obliger certaines municipalités, de gauche, à organiser des cantines du matin pour les enfants. Dans ce contexte, la coalition de la gauche radicale (SYRIZA) obtient 16,78% et 52 députés et le KKE 8,48% et 26 députés. Ces résultats, avec ceux obtenus en France par le Front de Gauche à l’élection présidentielle, sont porteurs d’espoir pour les peuples de l’Europe toute entière.

            Le 31 mai prochain, le référendum irlandais sur le mécanisme européen de stabilité sera une nouvelle occasion de refuser cette austérité. Prenons donc le pouvoir à l’échelle européenne !

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article