Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:57

Augmenter les salaires : La priorité et l’urgence. Voilà ce qui ressort d’une enquête, l’Humanité Dimanche /Harris. Un résultat qui n’est pas une surprise tant, depuis maintenant plusieurs semaines, les luttes se multiplient dans les entreprises sur cette question. Mais pour les salariés, gagner sur les salaires passe par une nécessaire union dans l’action, mais également dans l’élaboration des revendications. Les salariés sont bien décidés à ne pas attendre les échéances électorales de 2012 pour faire valoir leurs revendications. Un message à l’intention également des partis de gauche, qui pourraient être tentés de renvoyer à un hypothétique après 2012, toute idée de changement, au risque de désespérer les Français et de les jeter dans les bras de l’abstention ou du FN.

REvalorisation salaire

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:55

Alain Bocquet

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:53

Logo CACMA l’occasion de la séance du conseil communautaire de Charleville-Mézières du 3 mai dernier, les élus étaient appelés à voter les taux de fiscalité. Sylvain DALLA ROSA, vice- Président de « Cœur d’Ardenne » est intervenu dans le débat. Nous publions des extraits de sa déclaration:

« Avec le vote des taux, nous touchons du doigt une véritable opération de mise en coupe réglée de l’ensemble des collectivités. Il s’agissait au départ d’opérer une simplification de la fiscalité locale, on s’aperçoit en définitive qu’avec la réforme fiscale c’est une véritable machine infernale  qui a été instaurée et qui dessaisit les collectivités de leurs prérogatives.

Alors que dire sur les taxes qui nous sont proposées ce soir? Tout d’abord, que le pouvoir de décision de notre collectivité est réduit à la portion congrue. Nous devenons, Chers collègues, des exécutants des politiques décidées ailleurs, par le gouvernement. Nous n’intervenons plus que sur la CFE (Contribution Foncière des Entreprises) soit en gros 25 %  de la fiscalité pour les entreprises. Pour  le reste soit 75 %, nous sommes sous tutelle de l’Etat qui décide de tout pour nous et fixe les taux. Deuxième élément, c’est l’intégration d’office d’une fiscalité sur les ménages. Alors que notre communauté d’agglomération,  lors de sa constitution en 2005,  avait affirmé qu’elle ne mettrait pas en place ce type de fiscalité,   celle-ci nous est imposée de force par le transfert de la part Taxe d’habitation et Foncier bâti du conseil général. C’est inacceptable. Nous voulons redire à nos concitoyens, et il faut le faire savoir, qu’il s’agit d’une décision étatique et non pas d’une mesure prise par les élus locaux.

Mais, outre la volonté de régenter le fonctionnement des collectivités, toute cette opération a un autre but inavoué, faire des cadeaux supplémentaires aux entreprises. Ainsi, au passage de la récente visite du Président de la République dans les Ardennes, lors de son show électoral on a appris que la suppression de la Taxe professionnelle fait gagner au patron de la Fonte Ardennaise 800 000 €uros. Sincèrement, la famille GROSDIDIER, une des plus riche des Ardennes, avait-elle besoin de ce cadeau supplémentaire.  Alors que nos collectivités et nos concitoyens sont pris à la gorge, financièrement, c’est indécent. Cet argent doit être redistribué sur les salaires, c’est une exigence démocratique. D’ailleurs, ne serait-il pas opportun d’interroger l’administration fiscale afin de connaître les économies réalisées par les entreprises sur notre territoire, du fait de la disparition de la T.P. ? Je doute que cette manne financière serve à de l’investissement créateur d’emplois mais elle va plutôt venir grossir les profits financiers de certains. »

 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:51

André NiveletLa vie de notre camarade, décédé à l’âge de 68 ans, aura été fortement marquée par le militantisme. Syndicaliste à la CGT, engagement politique au Parti Communiste Français, élu de Revin, il était sur tous les fronts où la lutte est nécessaire pour améliorer la vie des gens. Défenseur acharné des travailleurs, il combattait toutes les injustices avec conviction. Chez Arthur Martin,  où il avait effectué une partie de sa carrière, il était apprécié des salariés pour ses interventions argumentées et sans concession face à un patronat peu enclin au social.

Il avait pu continuer sa lutte avec son mandat de maire adjoint à la mairie de Revin, chargé des affaires économiques et sociales. Activité qu’il partageait avec sa responsabilité de secrétaire de la section locale du PCF. C’est à ce titre qu’il prit souvent la parole dans les rassemblements, notamment à l’occasion de la traditionnelle fête du PCF sur les quais à Revin. Atteint par la maladie, André s’était progressivement retiré de la vie politique et syndicale. Il restait, néanmoins, toujours très attentif à l’évolution de la situation. Sa disparition a ému beaucoup d’ardennais qui appréciaient ses qualités de dirigeant comme sa dimension humaine. C’est Jacky Sarazin et Jules Huart qui lui ont rendu hommage lors de ses obsèques devant une nombreuse assistance.

A sa famille, particulièrement Renée, sa femme, elle-même militante inlassable, la fédération des Ardennes du PCF présente toutes ses condoléances.

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:50

Le programme «secret» de Sarkozy

Manif       Cela ne se sait pas mais N. Sarkozy et l’UMP ont déjà un programme pour les prochaines élections législatives et présidentielles. Son nom de code : « PNR 2011-2013 » (Programme national de réforme 2011- 2013). C’est ce document, toujours secret, que le gouvernement et l’Élysée sont en train de rédiger pour le déposer sur l’autel du sacrifice de la Commission de Bruxelles. Il est la cynique traduction des diktats qu’imposerait le « pacte pour l’euro » dont M. Sarkozy lui-même et Mme Merkel sont les coauteurs. Il s’agit d’une bombe à retardement contre tous les droits sociaux et humains, contre les travailleurs, avec autant de mines déposées sur le chemin de la jeunesse en quête d’avenir. La casse du système des retraites est mise en exergue comme un modèle « juste, crédible et équilibré qui répond aux besoins de soutenabilité des dépenses publiques ». Aux jeunes, sont offertes comme seules perspectives les nasses de la précarité massive, alors que les entreprises qui les exploiteraient seraient encore plus exonérées de cotisations. Le cœur du projet se trouve dans l’obsession affirmée et écrite d’abaisser ce qu’ils appellent « le coût du travail ».

                Le pouvoir se vante auprès de la Commission de Bruxelles en ces termes : « Le gouvernement a décidé de ne pas octroyer un coup de pouce au SMIC et de s’en tenir aux règles minimales de revalorisation pour la cinquième année consécutive »… « Le gouvernement a privilégié les dispositifs alternatifs (RSA, prime pour l’emploi) », ajoutant que « le renforcement des allégements généraux sur les bas salaires vise également à contenir le coût du travail ». En clair, il faut permettre au grand patronat de disposer d’une main-d’œuvre de plus en plus sous-payée sur laquelle il sera toujours plus exonéré des prélèvements de solidarité que constituent les cotisations sociales. Cette surexploitation du travail se doublera d’une peine supplémentaire : celle de l’augmentation des impôts et des taxes ; des cotisations sociales des travailleurs, des chômeurs, des retraités ; des réductions de droit à la santé et des services publics, au nom de la lutte des déficits publics que continueront de creuser les cadeaux aux plus fortunés. Et pour cadenasser la super austérité, N. Sarkozy et ses amis envisagent le dispositif quasi dictatorial d’une loi-cadre, à valeur constitutionnelle,  « d’équilibre des finances publiques ».

  Voilà un sujet fondamental de débat pour l’avenir. Aux citoyens d’imposer qu’il vienne sur le devant de la scène et qu’il ne soit pas occulté du prochain débat électoral.

 


Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:46

MuguetSi les échéances de 2012 (présidentielle et législative) seront décisives et déterminantes pour l’avenir, c’est dés maintenant qu’il faut mobiliser les citoyens dans les luttes urgentes contre la vie chère, la précarité de l’emploi ou pour les services publics (l’école, la santé....). Les prochaines semaines seront également l’occasion  d’élaborer des objectifs politiques de transformation qui serviront de base au débat électoral. C’est à cela que le PCF a décidé de consacrer ses efforts tout en s’inscrivant dans tous les combats immédiats pour améliorer la vie.

Nous serons partie prenante du 1er mai, traditionnelle journée de lutte, moment important pour mesurer la combativité. Cette année il prendra la forme d’un débat citoyen à l’initiative de la :CGT, FSU, CFDT et UNSA.


Celui-ci aura lieu :


  Dimanche 1er mai

   10 heures 30

à l’ancienne mairie de Mohon

       Charleville-Mézières

 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:40

L

 

a laïcité ? « L’État chez lui, l’Église chez elle. ». La loi de séparation ? « La marche délibérée de l’esprit vers la pleine lumière, la pleine marianne laicitéscience et l’entière raison. ». Ces citations de Victor Hugo puis Jean Jaurès – rien de moins – doivent nous inciter à une vigilance accrue, disons une résistance combative, pour préserver notre bien commun qu’est la laïcité…

          Les urnes des cantonales à peine vidées, avec le revers que l’on sait pour l’UMP, le président, plus inconscient que jamais, ne renonce pas à son pseudo-débat sur la laïcité. Rien pour l’instant ne l’a ramené à la raison, pas même les réserves, nombreuses, venues de son propre camp, occasionnant un psychodrame UMP-institutions quasi unique dans l’histoire de la Ve République.

          Depuis le rappel à l’ordre du prince-président, tout le monde est rentré dans le rang, sans pour autant nous faire oublier que le parti présidentiel est désormais divisé en deux clans. Ceux qui pensent, sans le dire, qu’en se focalisant sur les thématiques identitaires l’UMP a volontairement banalisé les thèses du Front national. Et ceux qui pensent et en le disant (parfois) que l’avenir de la droite se joue « désormais à l’ultra droite ». Sarkozy laiciteEt au milieu de ce fourre-tout idéologique ? Des Français déboussolés qui, pour la plupart, tentent vaille que vaille de boucler leurs fins de mois, errant dans un paysage républicain et moral totalement dévasté… Les représentants de six grandes religions en France ont rappelé récemment que « la laïcité est un des piliers de notre pacte républicain » et s’inquiètent d’éventuelles dérives. La loi de 1905, sur la séparation de l’Église et de l’État, reste en effet une loi fondamentale d’apaisement, qui institue l’indépendance de l’État et établit la liberté de culte, l’absolue liberté de conscience, bref un idéal positif d’affirmation de l’égalité. Or à quoi peut bien servir ce débat sur la laïcité, sinon, de nouveau, à éloigner des vrais sujets d’actualité (emploi, pouvoir d’achat...), à troubler les esprits, à diviser, à abuser des réflexes de peur engendrées par les logiques de stigmatisation ? Ce débat ne visera qu’à cultiver un islamophobe odieux qui déshonore la République.

       Sarkozy pape   En manipulant un faux débat sur « l’identité nationale », en prônant la priorité de la religion sur la République, doctrine présente dans son discours de Latran théorisant la « supériorité du prêtre sur l’instituteur dans la transmission des valeurs », Nicolas Sarkozy avait déjà déchiré une partie du pacte républicain. Dans une sorte de conception immuable de la nation, méfiante à l’endroit des différences, comme s’il n’y avait qu’une seule façon d’être français Il voulait dicter un « patrimoine génétique » de notre pays en lien avec la religion chrétienne. Cela à l’image d’autres pays européens et de la constitution européenne. En souhaitant rediscuter cette fois de la laïcité, il opère un parallèle avec le régime de Vichy. Pourquoi avoir peur des mots ? Par glissements successifs, vous verrez qu’un jour certains ne se référeront plus du tout à la République et exalteront, comme aux pires époques, le seul État-français... Spécialiste de la réécriture systématique de l’histoire, ce qui explique en partie son « ni-ni » face au Front National, Nicolas Sarkozy n’est rien d’autre qu’un néo-nationaliste qui ne se cache presque plus, serviteur d’une droite ou la religion est utilisé pour servir exclusivement le capital.

Sylvain DALLA ROSA


 

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 13:31

Manif2La visite de Nicolas SARKOZY dans les Ardennes, ce mardi 19 avril, restera comme un non événement. On attendait le Président de la République sur des sites industriels qui ont besoin d’être confortés comme Electrolux à REVIN ou Delphi à DONCHERY ou en visite dans une entreprise qui ferme, comme Porcher, pour exprimer sa compassion mais rien de tout ça. Oubliées les Ardennes qui souffrent, pour se contenter de quelques vagues discours mais surtout nous avons assisté à une nouvelle opération de démagogie électorale organisée par la droite. Si on excepte la confirmation d’une prime qui ne concernera qu’une infime partie des salariés en France, la grande annonce pour les Ardennes est le prolongement de la zone franche pour deux ans supplémentaires. Ce dispositif, qui coûte plusieurs millions d’€uros par an en argent public est maintenant reconnu comme inefficace économiquement. Il permet juste à des patrons opportunistes de faire des bénéfices supplémentaires et ne règle aucun des problèmes industriels auxquels nous sommes confrontés. Les communistes demandent son abrogation.

Manif1Alors que les Ardennes sont victimes de plans de délocalisation, si N. SARKOZY avait voulu être réellement utile à notre département, il aurait pu annoncer la mise en place d’un véritable texte législatif anti-délocalisation. Malheureusement, le Président des riches ne se souci pas de ces préoccupations. Cette visite nous aura cependant permis de connaître l’économie réalisée par les dirigeants de la Fonte Ardennaise avec la suppression de la taxe professionnelle. Selon l’aveu du patron N. GROSDIDIER, elle est de 800 000 €uros par an. Nous exigeons que cet argent revienne aux salariés par des augmentations de salaire.

Quant aux maires, réunis à Renwez, ils ont eu la confirmation par le locataire de l’Elysée que les communes subiraient bien un diktat préfectoral avec la réorganisation intercommunale, circulez il n’y a rien à débattre.

Enfin, le coût financier de ce déplacement est choquant. Alors que 200 manifestants étaient venus à Vrigne aux Bois exprimer leur condamnation de la politique gouvernementale, plusieurs centaines de policiers étaient déployés pour faire face à un danger imaginaire. Sarkozy a-t-il à ce point peur du peuple que plusieurs cars de CRS doivent bloquer toute une matinée une voie de circulation de l’avenue Charles De Gaulle à Charleville où il n’a pas mis les pieds?

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 13:28

EcolesLa majorité de droite du conseil général des Ardennes poursuit son désengagement envers les familles. Après la fin de la gratuité des transports scolaires pour les lycéens, le conseil général a décidé (en catimini) de ne plus participer au financement des dépenses engagées au titre des salaires versés aux surveillants des jeunes élèves qui prennent leurs repas au restaurant scolaire!
               Ainsi, les syndicats intercommunaux de pôles scolaires sont obligés de répercuter cette perte de subvention sur les familles. A  titre d'exemple, le comité syndical de Signy L'Abbaye vient de décider de facturer aux familles le temps de présence du midi ( entre 11h30 et 13h30) à hauteur de 0,50 euro de l'heure pour les enfants résidants dans une commune adhérente et pour 1 euro de l'heure pour les enfants résidants dans les communes non adhérentes !
               Les conséquences financières pour les familles, essentiellement rurales, sont importantes: si on considère qu'une année scolaire représente en moyenne 139 jours, outre les frais de cantine, les parents d'élèves vont devoir payer entre 139 et 278 euros en plus par an ! ...merci l'UMP !

 

J.C VanBervesseles

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 13:25

               Reforme territorialeDepuis la création des communes, il y a plus de deux siècles, les habitants ont pris l’habitude de confier aux élus locaux la gestion de leur collectivité. Ce principe républicain risque de disparaître avec l’adoption d’un texte gouvernemental voté en décembre dernier par les parlementaires de droite (la réforme territoriale). L’objectif de cette loi est de réduire les compétences des collectivités et par là même de diminuer les dépenses publiques. Notre ville ne sera pas épargnée par cette politique qui veut imposer aux communes une austérité renforcée et une diminution des services au public. Cette politique passe par la baisse sensible des dotations d’Etat mais surtout par la modification profonde de la carte intercommunale d’ici à 2013.

 

               Pour y parvenir, le Préfet doit rendre sa copie de la nouvelle carte pour la fin de l’année. Sa première ébauche laisse craindre le pire. De 17 intercommunalités actuellement dans les Ardennes, le but est de descendre à moins de 10. Consultée pour donner un vernis démocratique à la démarche, la commission départementale de coopération intercommunale n’a en réalité qu’un avis consultatif. Pour le bassin de vie de Charleville-Mézières, la proposition préfectorale est inacceptable. Alors que le poumon économique et industriel du chef lieu ardennais se trouve vers l’ouest avec Tournes et Belval, ces deux communes se retrouvent intégrées artificiellement au plateau de Rocroi. Ce redécoupage répond essentiellement à une orientation politique et absolument pas à une répartition harmonieuse des territoires. Cette intercommunalité imposée est à l’opposé du respect des élus locaux et des habitants. Surtout si on ajoute à cette démarche la volonté du gouvernement d’inscrire dans la constitution française la limitation de la dette publique de l’Etat. Conséquence, (par contre coup), ce sont les collectivités qui vont voir leurs dotations baisser considérablement.

 

               Après l’emploi, les retraites, le pouvoir d’achat... Sarkozy ajoute un élément supplémentaire à sa politique antisociale, la casse des collectivités. Il n’est pas nécessaire d’attendre 2012 et la présidentielle pour résister, les élus communistes agissent dès maintenant dans les luttes.

Sylvain DALLA ROSA

Maire adjoint PCF de Charleville-Mézières

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1520
commenter cet article