Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 00:29

Tecsom.pngDepuis sa reprise en 2010, l'entreprise Tecsom (ex Enia), située à Glaire, a régulièrement animé la chronique économique des Ardennes pour avoir procédé à des suppressions d'emplois, malgré des aides publiques massives. Récemment, un plan de sauvegarde pour geler les dettes a été mis en place par le tribunal de Sedan, et dans le même temps, on annonçait le départ du PDG avec un parachute doré de 120000 euros, alors que la direction demandait aux ouvriers de diminuer leur salaire de 10% et annonçait 24 suppressions d'emplois.

               Le député UMP Warsmann se dit "stupéfait des rémunérations des actuels dirigeants», et il vient de saisir les services du procureur de la République : pourquoi ? De quoi a-t-il peur ? Faut-il rappeler que JL Warsmann est à l'origine des aides publiques peu ordinaires dont a bénéficié l'entreprise TECSOM et son dirigeant principal Michel Grosselin :

ü       aides de l'Etat en 2010, pour 2 millions d'euros (1,5 M du fonds d'investissement et 0,5 M de prime à l'aménagement du territoire), plus 750000 euros de la région, plus 750000 euros du département !

ü       en 2012, le syndicat Synergie Ardennes (présidé par M Warsmann) a racheté le foncier de l'entreprise pour la modeste somme de 4,7 Millions ...avec la caution du conseil général. En outre, depuis le départ, l'entreprise bénéficie de la zone franche chère au député Warsmann et est exonérée de cotisations sociales patronales, ainsi que d'exonérations fiscales. Cerise sur le gâteau, depuis plus d'un an, l'Etat participe largement comme c'est la loi à l'indemnisation du chômage partiel qui touchait de nombreux salariés. On peut chiffrer ces cadeaux sociaux et fiscaux à plus de 2,7 millions.

         Au total, ce sont presque 12 millions d'euros d'aides publiques qui ont été distribués en 3 ans et 150 emplois sont aujourd’hui en suspens : les premiers appels aux départs volontaires sont affichés dans l'usine depuis ce lundi.

               Sur le fond, cette affaire pose la question du contrôle de l'utilisation des fonds publics et des contreparties à exiger des entreprises. Si Tecsom venait à être mis en liquidation dans les prochains mois, ce sont les contribuables ardennais qui seraient contraints de payer les millions d'euros qui ont enrichi des dirigeants peu scrupuleux.

               Les Ardennes qui souffrent exigent une autre politique et le cadeau fiscal de 20 milliards que Hollande vient de faire au MEDEF sans contrepartie ne rassure pas et montre que la mobilisation des ouvriers est nécessaire pour imposer le changement et relancer la réindustrialisassions.

J.C Van Bervesseles

Partager cet article

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1552
commenter cet article

commentaires