Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Catégories

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 04:00

PSA.pngA Aulnay des salariés PSA sont en grève pour préserver leur outil de travail. Face à eux, pour les discréditer, la direction utilise une recette mainte fois utilisée en faisant venir des casseurs de grève de l’ensemble des autres sites dont 10 de Charleville. Ces salariés sont recrutés par la direction et ses relais dans l’entreprise ardennaise. Pendant ce temps, vendredi 1 février, l’annonce était faite pour l’usine de Charleville de 3 semaines de chômage au secteur ferreux, 5 semaines au secteur liaisons au sol, 2 semaines au secteur culasses et une semaine au secteur PMP (Secteur soit disant d’avenir et inauguré en grande pompe fin 2012 avec tout le gratin politique local) et 2 semaines de chômage par mois au secteur prototype, atelier qui normalement travaille pour la mise au point des nouvelles pièces donc pour l’avenir, à l’heure actuelle, rien à l’horizon. Déjà en temps normal le pouvoir d’achat ne cesse de baisser mais avec ces périodes de chômage celui-ci chute littéralement.
Sans oublier les 85 départs programmés (gpec, plan social déguisé) pour le premier semestre et les départs en retraite non remplacés. Les sous traitants sont eux aussi touchés de plein fouet comme par exemple au restaurant du site (mais les exemples sont multiples), deux personnes sont licenciées suite à la baisse de fréquentation, d’ailleurs la direction a déjà annoncé qu’elle risquait de fermer le restaurant en dessous de 350 couverts / jour. Hier il y avait 3500 salariés sur le site demain moins de 2000.
Comment en est-on arrivé là ? Il faut savoir que la production de véhicules PSA en France en 2003 représentait 61,60% contre seulement 40,80 % au 1er trimestre 2012, alors que la production PSA à l’étranger en 2003 représentait 38,40 % contre 59,20 % au 1er trimestre 2012. Moins de véhicules fabriqués sur le territoire c’est moins de pièces ferreux ou culasses pour Charleville.
La fermeture programmée du site d’Aulnay, la suppression massive d’emplois sur les autres sites (avec l’aval de certains syndicats) et le recul du potentiel industriel de notre pays ne peuvent cependant s’expliquer au seul motif des difficultés du marché automobiles en France et en Europe. Il faut aller chercher les véritables raisons ailleurs.
Dans une stratégie, arrimée aux intérêts financiers des actionnaires et des marchés, PSA a annoncé 8000 suppressions d’emplois en France mais a créé 900 emplois en 2012 en Slovaquie en plus des 3 500 salariés qui produisent déjà des C3 et des 208 avec comme objectif 300 000 voitures en 2013. En sachant que la plus grosse part de cette production est réexportée. La stratégie est simple : produire d’avantage pour le marché européen dans les pays à bas coût salarial. L’internationalisation d’un groupe comme PSA est nécessaire mais pas contre sa base nationale. Les groupes Allemands préfèrent assembler en Allemagne et exporter les Français privilégient le contraire.
L’effondrement des marchés automobiles en Europe est dû aux politiques d’austérité mise en oeuvre. Il y a à la fois les coupes budgétaires et sociales, les suppressions d’emplois, les mesures de gel ou de réductions des salaires, l’appauvrissement de larges secteurs des populations. Les barons de la droite et du Medef tendent à faire croire que le coût du travail en France est la source principale des difficultés du pays et de son industrie. Le PS et le gouvernement n’y sont pas insensibles. L’Insee a pourtant déjà mis les choses au point en prouvant que le coût horaire en France est moins élevé ou égal à celui de Allemagne.
La direction PSA et la famille Peugeot très proche de l’ancien pouvoir et de la direction du Medef veulent créer un choc dans l’opinion afin de faciliter les éventuelles opérations destinées à obtenir de nouvelles baisses des charges patronales au nom de la compétitivité. Malheureusement nos gouvernants actuels sont de plus en plus à l’écoute de ces discours.
Fabien WARNET - Salarié chez PSA

Partager cet article

Repost 0
nouvellesdesardennes.over-blog.com - dans N°1553
commenter cet article

commentaires